Stupéfiants et retrait de permis : ce que vous devez savoir

La conduite sous l’emprise de stupéfiants est un délit puni par la loi et peut entraîner le retrait de permis. En tant qu’avocat spécialisé dans ce domaine, nous vous informons sur les conséquences juridiques liées à cette infraction et les démarches à suivre si vous êtes concerné.

Le délit de conduite sous l’emprise de stupéfiants

La conduite sous l’emprise de stupéfiants est assimilée à un délit en France. La loi prévoit des sanctions pour les conducteurs ayant consommé des substances qui altèrent leur capacité à conduire en toute sécurité. Ces substances peuvent être des drogues illicites comme le cannabis, la cocaïne ou l’ecstasy, mais aussi certains médicaments sur ordonnance.

Les sanctions prévues en cas d’infraction sont multiples et peuvent aller jusqu’au retrait de permis. En effet, selon l’article L235-1 du Code de la route, « tout conducteur d’un véhicule terrestre à moteur dont il résulte d’une analyse sanguine qu’il a fait usage de substances ou plantes classées comme stupéfiants » est passible d’un emprisonnement, d’une amende et d’une suspension du permis de conduire.

Les sanctions encourues en cas de conduite sous l’emprise de stupéfiants

Si vous êtes contrôlé positif à la conduite sous l’emprise de stupéfiants, vous pouvez être sanctionné par :

  • Une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à deux ans
  • Une amende pouvant atteindre 4 500 euros
  • Une suspension du permis de conduire pour une durée maximale de trois ans, voire un retrait définitif en cas de récidive
  • L’obligation d’accomplir un stage de sensibilisation à la sécurité routière aux frais du contrevenant
  • L’installation obligatoire d’un éthylotest anti-démarrage (EAD) pour une durée déterminée par le juge
A découvrir aussi  Avocat en droit de la famille : dans quels cas le solliciter ?

Notez que ces sanctions peuvent être cumulatives et alourdies en cas de récidive ou si vous commettez d’autres infractions simultanément (comme la conduite en état d’ivresse).

La procédure en cas de contrôle positif aux stupéfiants

Lors d’un contrôle routier, les forces de l’ordre peuvent effectuer un dépistage des stupéfiants si elles ont des raisons de suspecter une consommation. Ce dépistage se fait généralement par un test salivaire qui permet de détecter la présence des principales substances illicites.

Si le résultat du test salivaire est positif, le conducteur doit se soumettre à une prise de sang pour confirmer la présence des stupéfiants. En cas de refus, les sanctions encourues sont les mêmes que celles prévues pour un contrôle positif. La prise de sang est ensuite analysée par un laboratoire agréé qui rendra son verdict.

Si l’analyse sanguine confirme la présence de stupéfiants dans le sang du conducteur, une procédure pénale est engagée. Il est alors fortement recommandé de consulter un avocat spécialisé pour vous défendre et vous conseiller dans cette situation.

Les recours possibles en cas de retrait de permis pour conduite sous l’emprise de stupéfiants

Si votre permis de conduire a été retiré suite à une conduite sous l’emprise de stupéfiants, il existe des recours possibles.

Tout d’abord, vous pouvez contester la validité du test salivaire ou de l’analyse sanguine en faisant valoir des irrégularités dans la procédure ou des erreurs commises lors des prélèvements. Un avocat spécialisé pourra vous aider à identifier ces failles et à monter votre dossier.

Ensuite, si le retrait de permis entraîne des conséquences particulièrement graves sur votre vie professionnelle ou personnelle, vous pouvez demander au juge une mesure d’aménagement (comme un permis blanc) pour pouvoir continuer à conduire sous certaines conditions strictes et encadrées. Cette demande doit être argumentée et motivée, et là encore, l’aide d’un avocat spécialisé sera précieuse.

A découvrir aussi  Le fichier Adsn : tout savoir sur cet outil essentiel pour les avocats

Enfin, si vous êtes condamné à une suspension de permis, vous devrez attendre la fin de la période de suspension pour récupérer votre permis. Il est possible que vous ayez à repasser l’examen du code de la route ou de la conduite pour le retrouver, en fonction de la durée de la suspension et des décisions du juge.

La conduite sous l’emprise de stupéfiants est un délit sérieux qui entraîne des conséquences importantes sur votre permis de conduire. Si vous êtes concerné par ce type d’infraction, il est primordial de faire appel à un avocat spécialisé pour vous accompagner dans les démarches et tenter de limiter les sanctions encourues.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*